L’essentiel du conseil du 15 juin 2018

Conseil de Bordeaux Métropole du 15 juin 2018

Interventions et réactions des élu-e-s du groupe Europe Ecologie – Les Verts

 

Compte administratif 2017

Pierre Hurmic a approuvé, au nom du groupe Europe Ecologie Les Verts, la situation financière saine de Bordeaux Métropole tout en apportant quelques bémols à ce bilan globalement positif.

Vote Pour du groupe EELV

Lire l’intégralité de l’intervention

 

Programmation prévisionnelle 2018 des logements agréés au titre de la délégation des aides à la pierre de l’Etat

S’exprimant au nom du groupe écologiste, Sylvie Cassou-Schotte a fait deux remarques :

  • Tout d’abord elle s’est fait l’écho d’une véritable satisfaction quant à un prévisionnel qui dépasse les objectifs fixés dans le PLU avec plus de 4100 logements agréés programmés à ce stade.
  • Elle a ensuite interrogé la pertinence du modèle des PLS structure pour les logements-foyers et les résidences autonomie au regard des revenus des publics concernés, les loyers de ces logements sont bien souvent très en décalage avec les faibles ressources des personnes concernées.

Cette délibération a par ailleurs été l’occasion de revenir sur le contenu de la loi ELAN, notamment en ce qui concerne le principe de l’accessibilité universelle des logements neufs pour les personnes en situation de handicap.

Vote Pour du groupe EELV

Lire l’intégralité de l’intervention

 

Mise en vente par adjudication d’un immeuble métropolitain sis 28 rue Paul Bert à Bordeaux

En septembre 2016, notre groupe n’avait pas approuvé une délibération consistant en la mise en vente de plusieurs biens métropolitains au motif que nous souhaitions véritablement que toutes les pistes soient explorées pour le bien en question.
S’agissant en effet d’un bien exceptionnellement bien situé au cœur de Bordeaux, à deux pas du centre social Paul Bert, structure susceptible de contribuer à l’accompagnement social, il nous semblait intéressant d’examiner toute possibilité permettant de mettre à disposition ces logements pour un dispositif favorisant le parcours d’insertion dans le logement.
Dans son intervention, Sylvie Cassou-Schotte a indiqué bien comprendre la complexité pour les bailleurs qui ont été sollicités de s’engager dans la gestion de logements diffus comme dans le cas d’espèce. Dont acte.
Cette intervention en conseil a été toutefois l’occasion pour le groupe EELV de rappeler l’urgence dans laquelle nous nous trouvons de répondre aux besoins en matière de mise à l’abri et d’accompagnement dans le logement pérenne pour de nombreux publics.  A notre sens, la vente de ce bien revêt donc un goût amer et illustre notre difficulté à trouver les modalités pour agir sur le diffus et travailler dans la dentelle en lien avec les structures d’accompagnement déjà existantes. Car pour retrouver ce même type d’offre, aussi idéalement situé, et dans le contexte d’emballement du marché immobilier bordelais, cela coûtera inévitablement beaucoup plus d’argent public. Les écologistes ont rappelé également qu’en matière de vente, une collectivité territoriale est à même de vendre un bien à un prix inférieur à sa valeur telle que définie dans l’avis de la Direction de l’Immobilier de l’Etat dès lors que cela est motivé par l’intérêt général.
Si sur ce dossier cela ne s’est pas avéré possible, le groupe écologiste a appelé à travailler conjointement avec tous les acteurs (collectivités, bailleurs, CAIO, etc.) pour mobiliser pleinement le patrimoine public sur ces enjeux de parcours d’insertion dans le logement.

Vote Contre du groupe EELV

 

Bordeaux – Aménagement d’espaces publics sur diverses opérations

Pierre Hurmic est intervenu de façon très ferme sur la place de l’arbre dans les projets urbains. Il a notamment rappelé le rôle écosystémique des arbres, notamment concernant les marronniers de la place Gambetta : humidification de l’air, apport d’oxygène, îlot de fraîcheur, apport d’ombre etc. : « Quand la ville ou la métropole abattent des arbres les Elu.e.s décisionnaires nous rétorquent souvent qu’ils en replantent plus mais les jeunes arbustes en cépée ne rempliront jamais le rôle de leurs majestueux prédécesseurs. »

Abstention du groupe EELV

Lire l’intégralité de l’intervention

 

Motion relative à Ford Aquitaine Industrie

Le groupe écologiste a approuvé, conjointement aux autres groupes politiques, la motion ci-dessous relative à la situation de l’usine Ford. Le groupe a réaffirmé son soutien à la lutte que mène actuellement l’intersyndicale pour obtenir de l’entreprise FORD un avenir durable et stable pour les 880 salariés concernés par l’affaire. Les élus écologistes ont toutefois souhaité à nouveau poser les bases d’une réflexion plus large sur l’avenir du site, et plus particulièrement sur son activité. Le marché des voitures à essence connaissant un déclin tangible, les perspectives d’avenir du site dans ce secteur nécessitent de réfléchir aux alternatives industrielles qui pourraient convenir à ce site de Blanquefort. Moteurs électriques, véhicules à hydrogène ou encore voiture autonome sont autant de filières d’avenir qui pourraient sonner la renaissance de ce site industriel.

« Motion relative à Ford Aquitaine Industries soumise au conseil de métropole du 15 juin 2018

Le conseil de Bordeaux Métropole, réuni le 15 juin 2018, déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation
préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries.

Cette décision est incompréhensible alors que le site est reconnu pour la compétence de ses salariés et sa productivité. Elle est également pour le moins prématurée car le
cabinet Géris, chargé par Ford, voilà à peine deux mois, de rechercher des repreneurs potentiels, a détecté plusieurs possibilités et est loin d’avoir achevé sa mission. En
outre des discussions sont en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai dernier.

Le lancement d’un plan de sauvegarde de l’emploi risque, en outre, avec le départ encouragé de salariés, de faire perdre des compétences indispensables au succès
d’une reprise.

La métropole bordelaise a constamment soutenu, par des aides financières et des aménagements publics, les projets de développement de Ford depuis son implantation
à Blanquefort en 1973. Elle soutiendra tout projet permettant de pérenniser l’emploi et de donner un avenir au site.

Le conseil de Bordeaux Métropole demande au ministre de l’économie et au délégué interministériel aux restructurations d’entreprise d’exercer toutes leurs prérogatives pour
protéger l’emploi et optimiser le processus de reprise. L’Etat doit maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités et accorde au repreneur,
sur plusieurs années, un volant de commandes suffisant et des aides, afin d’assurer dans de bonnes conditions la transition. »

 

Remonter