Conseil du 28 septembre 2018 – Tarifs taxe de séjour 2019

Sylvie Cassou-Schotte

Intervention de Sylvie Cassou-Schotte

 

Monsieur le Président, Mes chers collègues,

Nous l’avons déjà évoqué dans cette instance, nous regrettons que les taxes de séjour pour les établissements de luxe, c’est-à-dire les 4 et 5 étoiles ne soient pas au plafond du nouveau barème.

Pour les 5 étoiles, cette délibération propose une taxe à 3,50 euros alors que nous pourrions la fixer à 4 euros et que nous n’avons pas modifié les tarifs depuis 2016.

Vous en conviendrez, cette augmentation n’effrayera pas les clients capables de s’offrir des nuitées à 150 ou 200 euros.

Or il est regrettable de se priver de cette manne financière alors que cette mesure aurait très peu d’effet sur l’attractivité touristique de ces hôtels.

Concernant l’application de la taxe aux non-professionnels et en particulier aux loueurs AirBnb, il semblerait que les mesures prises pour diminuer l’impact de ces locations sur le marché immobilier n’aient pas engendré les effets escomptés.

La location saisonnière illégale continue et le délai de 120 jours ne nous semble pas assez contraignant pour que la location d’un bien à l’année redevienne attractive. Nous proposons d’abaisser cette durée maximale du nombre de jours de location à 90 jours. Ce qui nous semble suffisant pour des personnes souhaitant partager leur logement lorsqu’ils sont absents ou dans un cadre non professionnel.

Nous ne pouvons que regretter et déplorer la situation des jeunes dans cette rentrée universitaire. Des jeunes dorment dans leurs voitures ou dans des tentes.

Je vous remercie,

 

Abstention du groupe EELV

Remonter