Conseil du 27 octobre – Débat sur l’externalisation du service de propreté sur Bordeaux centre

Pierre Hurmic

Intervention de Pierre Hurmic

Monsieur le Président, Mes chers collègues,

Cette délibération nous permet d’aborder un sujet évidemment stratégique : le plan propreté qui sera soumis à un prochain conseil, et en particulier l’externalisation du service propreté dans le centre ville de Bordeaux.

Ce choix nous questionne à plusieurs titres.

Tout d’abord, nous sommes face à un constat d’échec de la politique menée. La propreté sur le secteur de Bordeaux centre est un problème récurrent et qui n’a eu de cesse de s’accentuer avec la forte attractivité dont bénéficie Bordeaux. En effet, notre politique volontariste en faveur du développement du tourisme a comme corollaire une augmentation des habitants et personnes visitant le centre ville et par conséquent une augmentation des déchets.

Sans compter qu’il y a encore beaucoup de commerçants du centre ville de Bordeaux qui ne jouent pas le jeu ou sous-estiment sciemment leur volume de déchets. Face à l’évolution de l’attractivité du centre ville de Bordeaux ainsi qu’aux changements démographiques, nous avons peut être manqué d’anticipation quant à la mise en œuvre d’un service propreté efficace.

Face à ce constat d’échec, nous concédons qu’il est nécessaire d’améliorer le service propreté dans le centre ville de Bordeaux. Vous nous proposez l’externalisation, mais à-t-on recueilli les propositions des agents avant d’opter pour l’externalisation ?

Nous sommes-nous posés les bonnes questions en ce qui concerne le fonctionnement du service ou les moyens alloués ? En effet, l’expérimentation de l’externalisation doit être choisie en dernier ressort, après que les différentes alternatives aient été étudiées.

Une expérimentation de l’externalisation, dont on pourrait craindre qu’elle soit un préalable à une généralisation de la privatisation de ce service sur la métropole !

Enfin, nous demandons à ce que cette externalisation, si elle a lieu, soit effectuée par des associations d’insertion. Un certain nombre d’entre elles seraient en capacité de répondre à notre demande sur le territoire de la Métropole et il nous semble important de les solliciter !

Je vous remercie.

Remonter