Communiqué de presse : Réaction au bilan 2018 de TBM

Communiqué de presse : Réaction des élu.e.s écologistes au bilan 2018 et perspectives 2019 de TBM

La fréquentation en forte hausse pour 2018 (+9% pour le tramway et +13% pour le bus) prouve le succès du réseau de transports en commun de la métropole mais démontre également que le réseau de bus profite d’une réelle attractivité de la part des usagers.

C’est pourquoi nous soutenons la mise en place d’un maillage de lignes de bus performants tels que les lignes Bassens-Campus et Pessac Bersol – Le Haillan en passant par l’Aéroparc.  La ligne Bassens-Campus, permettra d’offrir une ligne à haut niveau de service sur la rive droite, aujourd’hui parent pauvre des transports dans notre métropole et offrira une nouvelle liaison vers le campus. Quant à la ligne Pessac Bersol – Le Haillan, celle-ci va permettre l’expérimentation de la circulation d’un bus performant sur la rocade en proposant une ligne circulaire en extra boulevards et permettra de desservir toute la zone d’emplois de l’OIM Aéroparc.

Le groupe se félicite également de l’étude d’électrification du réseau de bus menée par Bordeaux Métropole. Pour rappel, le groupe EELV avait demandé dès 2017, lors de l’enquête publique sur le BHNS Bordeaux – Saint Aubin, que soit envisagée une motorisation électrique pour ce nouvel axe de transport. Nous devons préparer l’avenir et dès aujourd’hui conduire une transition vers des motorisations électriques, au bio-GNV et à l’hydrogène comme cela est déjà expérimenté dans certaines collectivités. 

Ce bilan conforte notre constat : le tramway ne pourra pas desservir toutes les communes de la métropole. Les coûts de fonctionnement et de maintenance subissent une forte augmentation et les usagers ressentent déjà les conséquences du vieillissement du réseau, qui n’a pourtant que 15 ans : pannes sur la ligne, défauts des rails APS, retards à répétitions.  C’est pourquoi notre groupe s’est opposé aux derniers projets de tramway portés par l’exécutif : l’extension de la ligne D vers Saint Médard en Jalles et la branche de la ligne B vers Gradignan. Ces deux lignes, au coût très élevé, viennent conforter un réseau en étoile et bénéficient à des zones peu denses, en offrant des fréquences peu élevées (de l’ordre d’un tram toutes les 15 minutes), ce qui ne permettra pas d’améliorer significativement la desserte de ces quartiers pour envisager un report modal conséquent vers les transports en commun.

Enfin, nous déplorons le retard inacceptable de la nouvelle billettique et son corollaire : le report de la mise en place de la tarification solidaire, tous deux prévus initialement pour 2016. Rappelons-le, la tarification solidaire, en fonction des revenus, vise à plus de justice sociale. Or ce retard nous place dans une situation de non-respect des dispositions du Code des Transports. Notre réseau exclue un public qui devrait bénéficier d’une réduction tarifaire, il s’agit des personnes attestant de revenus inférieurs au plafond de ressources CMU-C mais n’entrant pas dans les critères d’attribution comme les bénéficiaires de l’Aide Médicale d’Etat. C’est regrettable, d’autant plus qu’aucune mesure transitoire n’a été prise à l’égard de ces publics, pourtant dans une situation de grande vulnérabilité.

Remonter