Conseil du 16 février – Débat d’orientation budgétaire 2018

Clément Rossignol Puech Bordeaux Métropole

Intervention de Clément Rossignol-Puech

Monsieur le Président, chers collègues,

Tout d’abord, nous tenons à remercier nos services pour la qualité du travail réalisé, dans un contexte particulièrement mouvant qui plus est.

A la lecture de ce rapport, c’est bien la question de la nécessité d’une réforme en profondeur des finances locales qui apparaît en filigrane, sous peine d’une recentralisation à marche forcée des collectivités locales.

La contractualisation avec l’Etat, si ce principe peut avoir du bon, interpelle toutefois au regard de ses modalités encore floues et des efforts déjà consentis depuis plusieurs années par les collectivités quand la trajectoire budgétaire de l’Etat ne se voyait pas imposer la même rigueur.

Pour ce qui concerne la Métropole, la présentation des différents ratios témoigne d’une situation financière saine de notre établissement, fruit d’une bonne gestion depuis de nombreuses années et d’une bonne dynamique de nos recettes fiscales notamment. Nous avons bien entendu encore des marges de progression conséquentes, en matière de programmation et de taux de réalisation des crédits, mais nous progressons.

Deux volets suscitent plus particulièrement notre attention :

1/La maîtrise des charges de fonctionnement

Hier en Bureau cette question a été évoquée à plusieurs reprises et en effet il sera intéressant de vérifier l’impact positif de la mutualisation sur des économies d’échelle dans ce domaine afin de tenir la trajectoire fixée tout en assurant une bonne qualité de service à nos populations.

2/Le programme d’équipement : 482 millions d’investissements en 2018 pour le budget principal et 727 millions tous budgets confondus (2,8 milliards d’€ sur 5 ans dont 2 milliards pour le Budget Principal)

De nombreux grands projets sont en effet prévus en 2018, pour la plupart appelés à se poursuivre sur la durée du PPI :

  • Développement du réseau TCSP : ligne C Villenave (27,7M€), ligne D (88M€), BNHS Saint Aubin (9,5M€)
  • Exploitation du réseau de transports en commun : acquisition de bus (8,2M€), dépôt Lescure (5,2M€), matériel roulant phase 3 (24M€), billetique (7M€)
  • Eau – Assainissement : liaison sous-fluviale Brazza (5,3M€)
  • Infrastructures routières : réhabilitation du pont de pierre (6,1M€), mise à 2×3 voies de la rocade (12M€), pont Jean-Jacques Bosc (30M€)
  • Développement économique : OIM Aéroport (15,5M€), AggloCampus (11M€), parc des expositions (18M€)
  • Habitat / Urbanisme, Foncier : aide à l’équilibre des opérations (13M€), réserves foncières (8,2M€), etc.

Ce programme d’équipement s’enrichira dans les années à venir de nombreux autres projets : le Stade nautique, la remise à niveau des équipements sportifs et culturels transférés notamment.

Notre collectivité investit fortement. Toutefois, au regard des contraintes budgétaires qui ne vont pas aller en s’améliorant, aura-t-elle la capacité d’enclencher immédiatement un nouveau cycle de très grands projets d’investissement ?

On le voit dans le domaine des transports, les projets sont nombreux, certains ne sont pas encore inscrits sur ce PPI, le réseau existant nécessite lui aussi des investissements continus. Et les besoins sont loin d’être encore couverts, certains territoires étant ainsi en attente (cf. desserte Plaine rive droite, ligne de ceinture), bien que programmés dans le SDODM.

Au regard du volume d’investissements que le Volet Transports représente (près de 30% de nos investissements) et des nombreux autres besoins par ailleurs (logement, développement économique, transition énergétique, préservation de la biodiversité et des espaces naturels) il devient urgent de penser usages et mobilités au-delà des modes.

Tout comme il est important de veiller aux équilibres territoriaux en ne concentrant pas nos efforts sur les seuls grands pôles économiques existants par exemple et en poursuivant nos efforts en matière de coopération territoriale. Les risques de fracture territoriale sont en effet bien réels et d’ailleurs déjà à l’œuvre entre la métropole et ses territoires périphériques.

Je vous remercie de votre attention.

Remonter