Pour un accompagnement vers la fin de l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire de Bordeaux Métropole

Communiqué de presse : Pour un accompagnement vers la fin de l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire de Bordeaux Métropole

Dès juin 2018, le groupe Europe Ecologie – Les Verts avait envoyé un courrier aux 16 propriétés viticoles présentes sur le territoire de Bordeaux Métropole afin d’appeler à « une conversion vers la viticulture biologique ou biodynamique de toutes les propriétés viticoles présentes sur le territoire de la Métropole afin d’arrêter l’utilisation des molécules organiques de synthèse et de participer au renouveau de la filière viticole, nécessaire pour répondre aux enjeux actuels de santé publique mais aussi afin de s’adapter aux défis du changement climatique ». Ce courrier avait ensuite été transmis à la presse : https://bordeauxmetropole.eelv.fr/fete-du-vin-2018-le-groupe-ecologiste-appelle-a-une-viticulture-exempte-de-pesticides-sur-le-territoire-de-bordeaux-metropole .

Depuis notre position n’é été que renforcée par les éléments récents :

– Une étude réalisée par l’ATMO en 2017 a mesuré la concentration de pesticides dans l’air sur plusieurs sites, dont un dans le Médoc à proximité d’une école et de vignes. Cette étude a révélé la présence de plus de 25 molécules différentes dont l’usage dominant est pour la vigne. Les concentrations moyennes de fongicides sont 7 fois plus élevées sur le site du Médoc en proximité de zones viticoles, que sur les sites urbains (Bordeaux, Limoges, Poitiers) et 4 fois plus élevées que dans le Cognaçais, site avec un environnement agricole mixte grandes cultures/vignes.

– En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) avait conclu au caractère « cancérogène probable » du glyphosate. Le 14 janvier, les ministres de la santé et de la transition écologique ont annoncé à Bordeaux un plan pour lutter contre les perturbateurs endocriniens (dont les pesticides et herbicides font partie). Le 15 janvier 2019, le tribunal administratif de Lyon a annulé l’autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360 (2% des ventes de glyphosate), un produit désherbant contenant du glyphosate commercialisé par Monsanto, au regard, notamment, du principe de précaution. Pourtant, nous regrettons que la Gironde soit dans le top 5 des départements consommateurs de glyphosate et le que pouvoir politique, au niveau national et européen ne cesse de reporter son interdiction définitive…

C’est pourquoi, concernant le château Clément-Pichon, nous demandons à ce que le groupe Fayat, propriétaire du vignoble s’engage dans une conversion bio au plus vite et nous apporte les garanties que cette conversion sera effective lorsque le collège de Parempuyre sera mis en service.
Etant donné l’ampleur des risques sanitaires pour les riverains et dans la continuité de notre courrier de juin 2018, nous demandons une stratégie d’accompagnement des vignobles du territoire métropolitain pour une conversion rapide de cette filière vers la viticulture biologique ou biodynamique.

Les élus.e.s du groupe Europe Ecologie – Les Verts de Bordeaux Métropole

Remonter