Unanimité pour demander l’extension du périmètre du plan d’intervention de la centrale nucléaire de Blaye

Motion présentée par le groupe EELV de la Cub au conseil de communauté du 28 novembre 2014, adoptée à l’unanimité.

Extension du périmètre du Plan particulier d’intervention de la centrale nucléaire du Blayais

Il y a un peu plus de deux ans, le drame de Fukushima avait brutalement rappelé au monde que le nucléaire n’est pas et ne sera jamais une technologie dépourvue de risques.
Située à 45 kilomètres de la centrale nucléaire du Blayais, notre agglomération est particulièrement concernée par ce risque nucléaire.
Mise en service en 1981, cette centrale dispose depuis 1983 de quatre réacteurs de 900 MW qui sont refroidis par pompage d’eau dans la Garonne. Lors de la tempête de décembre 1999, cette centrale a été inondée, les vagues étant passées au-dessus des digues de protection jugées jusqu’alors suffisantes, ce qui a donné lieu à un incident de niveau 2 sur l’échelle INES.
En matière de sécurité, chaque site nucléaire doit être doté d’un Plan particulier d’intervention (PPI) guidant l’action d’urgence des pouvoirs publics pour la gestion d’une crise radiologique et/ou chimique. Ce document élaboré par le préfet est utilisé par l’ensemble des services avec comme premier objectif la mise en oeuvre d’actions de protection des populations.
Laissé à l’appréciation des pouvoirs publics locaux, le périmètre du Plan particulier d’intervention de la centrale du Blayais ne concerne aujourd’hui qu’un petit périmètre de 10 kilomètres de rayon.
A la lumière de la catastrophe de Fukushima qui a révélé des traces de contamination dans un rayon de 50km autour de la centrale, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (ANCCLI) s’accordent à penser qu’il faudrait, en France, relever le périmètre des PPI à 80km.
C’est la raison pour laquelle le 7 novembre dernier, l’ANCCLI a demandé officiellement une extension des zones concernées par les plans de secours à un périmètre d’un rayon de 80 kilomètres autour de chaque centrale nucléaire.
Un élargissement du périmètre du Plan particulier d’intervention du Blayais s’avère dès lors indispensable. Il est en effet de notre responsabilité d’élus d’anticiper et de prendre toutes les mesures pour garantir la sécurité des populations que nous représentons.
Dans ce contexte, le Conseil de la Communauté urbaine de Bordeaux, réuni le 28 novembre 2014, demande au Préfet de la Gironde :
– l’extension du périmètre du Plan particulier d’intervention de la centrale du Blayais à un rayon de 80 kilomètres autour de cette installation.

Remonter