Conseil du 24 juin 2016 – Intervention de Gérard Chausset – Rapport annuel parcs de stationnement

Monsieur le Président, Mes chers collègues,

Comme nous l’avons vu en commission, nos parcs de stationnement fonctionnent bien. Nous attendons maintenant un retour à propos de la tarification au quart d’heure mise en place au 1er janvier et dont les premiers résultats semblent encourageants.

Néanmoins, nous avons appris avec surprise et de façon inopinée lors de la dernière commission transports et déplacements le rachat de la société Urbis Park par Transdev. Concernant Central Parcs, qui exploite le parking Camille Julian, nous sommes dans l’expectative d’un potentiel rachat, sans avoir plus d’informations. Ces différentes sociétés gèrent des équipements publics et ainsi bénéficient de l’argent public, à ce titre, elles se doivent de nous informer et cela ne devrait pas être à nous d’aller (excusez moi de l’expression) « à la pêche aux informations » pour des sujets aussi primordiaux et des fonds engagés si importants.

Ce rapport annuel pose aussi la question de notre politique globale de mobilités que nous avons adopté au mois de janvier dernier. Nous sommes dans une position qui est parfois quelque peu schizophrène. Alors que nous mettons en place le plan vélo pour atteindre 15% de part modale d’ici 2020, alors que nous avons acté l’objectif de 25% de part modale marche à pied dans le Plan Climat et que nous mettons toujours plus de moyens pour améliorer et étoffer notre offre de transports en commun, nous continuions à construire de nouvelles places de stationnement et ainsi à encourager les déplacements en voiture. Bordeaux, et plus largement la Métropole, a le ratio nombre de places par habitant le plus élevé des grandes agglomérations Françaises, bien au delà de Lille ou de Nantes par exemple. L’accroissement du report modal de la voiture individuelle vers les transports en commun passera inévitablement par une politique coordonnée de réduction de l’offre de stationnement au cœur de l’agglomération.

Ce cœur, contrairement à ce qui est souvent avancé, cela ne l’empêchera pas de battre, tant en termes d’attractivité, d’offre de loisirs que d’affluence dans les commerces. Justement, en ce qui concerne les inquiétudes suscitées chez les commerçants, les enquêtes réalisées sur la consommation dans les commerces montrent que les clients du centre ville sont surtout des piétons et des vélos. Les clients choisissent avant tout leurs commerces pour sa proximité. Le consommateur piéton ou vélo fréquente plus de commerces car il peut s’arrêter à tout moment et enchainer les visites de façon gratuite. De surcroit, les clients piétons ou vélos sont des clients en général plus fidèles que les automobilistes dont les déplacements sont plus ponctuels.

Ne nous accrochons pas à une vision dépassée des centres villes, les centres-villes de demain seront sans voitures, c’est une certitude.

 


Intervention Gerard Chausset, Président du… par EELV_BxMetro

Remonter