Transition écologique et justice sociale : les deux faces d’une même pièce

Tribune du journal de Bordeaux Métropole (janvier 2019)

Transition écologique et justice sociale : les deux faces d’une même pièce

La crise sociale qui s’exprime depuis novembre 2018 à travers des mobilisations citoyennes spontanées a révélé à la fois un refus des injustices (sociale, fiscale, etc.), un sentiment de déclassement éprouvé par une grande partie de la population et une demande d’évolution démocratique de nos institutions. Parallèlement, le succès des marches pour le climat ou de la pétition « l’Affaire du siècle » témoignent de l’inquiétude grandissante de nos concitoyens face au dérèglement climatique, alors qu’il est encore temps d’agir.
Cette situation inédite démontre qu’il n’y aura pas de transition écologique sans justice sociale, et inversement.
C’est avec cette conviction que nous demandons à ce que l’Etat et les collectivités proposent un cap pour une société socialement juste et écologiquement viable :
– Via une fiscalité écologique qui permette d’amorcer la transition écologique et énergétique. Cependant, cela n’a de sens que si le produit de ces taxes est utilisé pour financer les solutions et alternatives permettant d’adopter de nouveaux comportements.
– Via une justice fiscale : l’impôt sur la fortune doit être rétabli et nous demandons une lutte effective contre l’optimisation et l’évasion fiscales qui représentent 80 milliards de manque à gagner pour l’État chaque année.
– Via un arrêt des subventions aux entreprises polluantes : la pollution coûte chaque année 100 milliards d’euros à la France et génère 48 000 décès par an pour la seule pollution de l’air.
– Via, enfin, une prise en compte des enjeux territoriaux : l’aménagement du territoire est aujourd’hui défaillant et laisse sur le côté les espaces ruraux et périphériques. Un moratoire sur les centres commerciaux en périphérie, qui tuent la vie des centres-villes et obligent à l’usage de la voiture, doit être mis en œuvre, de même que doivent être développés des infrastructures de transports collectifs pour les déplacements du quotidien (TER, car express, etc.)

Remonter