L’essentiel du conseil du 6 juillet 2018

Conseil de Bordeaux Métropole du 6 juillet 2018

Interventions et réactions des élu-e-s du groupe Europe Ecologie – Les Verts

 

Transports – Présentation du Rapport annuel du délégataire Transports pour l’année 2017

Tout en soulignant l’attractivité croissante du réseau TBM, Pierre Hurmic a fait état de plusieurs observations sur ce rapport, notamment concernant la problématique de la maintenance et du taux de panne. Il a également évoqué l’enjeu d’un travail sur les temps et sur les mobilités alternatives afin de desserrer l’étau des heures de pointe, de plus en plus chargées dans les transports en commun. Enfin, il a bien évidemment évoqué les enjeux et l’actualité de la mobilité au sens large avec en filigranne la confirmation de la fermeture du pont de pierre aux voitures, la nécessité d’un plan ambitieux de développement du covoiturage et des mobilités alternatives et l’importance d’améliorer notre réseau structurant sur des secteurs aujourd’hui insuffisamment desservis (rive droite, liaisons circulaires).

Lire l’intégralité de l’intervention

 

Transports – Evolution des tarifs du réseau TBM

Sylvie Cassou-Schotte a indiqué que le groupe approuvait cette délibération actant notamment une augmentation de 3% en moyenne des tarifs étant donné qu’il en va de l’équilibre du budget transports et que cette augmentation est inscrite dans le contrat de Délégation de Services Publics. Elle a toutefois alerté sur la nécessité d’être à l’écoute des usagers qui font face en parallèle à des tramways saturés ou à des incidents de trafic à répétition.

A l’occasion de cette délibération, elle a évoqué plus longuement la question de la tarification solidaire qui s’avère une nouvelle fois reportée du fait du retard du projet de nouvelle billetique. Sylvie Cassou-Schotte a également alerté le président et les autres élus de la métropole sur la nécessité de respecter les dispositions légales quant à une tarification réduite pour les personnes dont les ressources n’excèdent pas le plafond de la CMU-C, à l’image des bénéficiaires de l’Aide Médicale d’Etat.

Vote favorable du groupe EELV

Lire l’intégralité de l’intervention

 

Assainissement – Choix du futur délégataire

Le groupe EELV a réaffirmé sa position en faveur d’une régie de l’eau et de l’assainissement.

Abstention du groupe EELV

Lire l’intégralité de l’intervention

 

Ressources Humaines – Ajustements d’effectifs – création de postes pour les espaces temporaires d’insertion (ETI)

A travers la délibération proposée il s’est agi notamment d’acter la création de 3 postes (2 catégories B et un catégorie C) afin d’enclencher la démarche de résorption des squats de Roms.

Sylvie Cassou-Schotte a souligné le fait que la réflexion métropolitaine avançait certes sur le sujet… mais à pas de tortue. Elle a également rappelé que pour l’heure, l’impact de ces squats, en termes de scolarisation des enfants et d’accompagnement social notamment, est supporté principalement par trois communes de la métropole (Bègles, Mérignac et Bordeaux) sans que cela ne permette d’entrevoir de solution durable dans la mesure où toute évacuation engendre inévitablement de nouveaux squats dans la commune voisine. Ces 3 communes sont également à ce jour les seules véritablement engagées dans la démarche métropolitaine d’expérimentation des Espaces Temporaires d’Insertion (ETI), la plus avancée étant la ville de Bègles avec un projet en phase pré-opérationnelle.

Cette problématique étant d’ampleur métropolitaine, chaque commune doit prendre sa part dans l’accueil de ces populations, tout en tenant compte des situations sociales locales (pourcentage de logement social par exemple). Sylvie Cassou-Schotte a donc interrogé le président de la métropole sur les outils et leviers qu’il entend initier pour inscrire toutes les communes dans cette démarche métropolitaine de solidarité.

Vote favorable du groupe EELV

 

Autorisation d’occupation temporaire du domaine Public – Projet Shamengo

Au nom du groupe EELV, Pierre Hurmic a exposé les raisons qui ont motivé l’abstention du groupe, laquelle n’est pas liée au projet en lui-même, que nous ne pouvons qu’accueillir avec intérêt au regard des objectifs poursuivis, mais résulte plutôt de la mise à disposition d’un espace public majeur, l’Allée Serr, sans concertation préalable.

Abstention du groupe EELV

Lire l’intégralité de l’intervention

 

Aménagement d’espaces publics – Requalification de la Place Gambetta

Dans son intervention, Pierre Hurmic a rappelé que les groupe EELV de Bordeaux et de Bordeaux Métropole avaient adressé un courrier au président de la Métropole le 13 juin dernier, dans lequel ils lui demandaient de reconsidérer l’abattage généralisé des marronniers sains sur les faces Nord et Ouest de la Place. En effet, ces arbres ont une valeur inestimable en tant qu’îlots de fraîcheur et plus globalement au nom de leur place historique et emblématique et de leurs fonctions éco-systémiques. Solennellement, Pierre Hurmic  a donc réitéré notre souhait d’une attention particulière à notre proposition de conserver l’alignement des 6 marronniers de la face Nord dans la mesure où le réaménagement induit l’accueil des arrêts de bus à cet endroit précis, qui nécessitent, pour le confort des futurs usagers, d’être à l’abri de ces grands arbres, notamment lors des périodes de fortes chaleurs, ou de pluies, comme nous les connaissons aujourd’hui. Cette proposition permettrait selon nous un compromis entre les revendications des 5700 signataires de la pétition qui demandent de ne pas abattre ces 17 marronniers sains, et le projet des maîtres d’œuvre.

Enfin, Pierre Hurmic a attiré l’attention du conseil métropolitain sur l’augmentation considérable du coût du projet qui passe de 7.6M€TTC initialement à 9.7M€TTC aujourd’hui soit + 27.6% ! Il a invité à l’avenir à reconsidérer ce type d’opération d’urbanisme sous l’angle de la sobriété et de l’adaptation au vivant présent depuis des décennies sur les sites concernés.

Vote contre du groupe EELV

 

Déchets – Présentation du Rapport annuel

Le groupe écologiste a fait part de sa déception à la lecture des chiffres de ce rapport annuel, les chiffres de l’an dernier étant déjà décevants. Alors que  l’objectif  de la  loi de transition énergétique est de réduire les Déchets ménagers et assimilés de 10 % en 2020 par rapport  à 2010, sur la Métropole nous passons de -3.3 % l’an dernier à -1,32 % : autant dire que l’objectif des -10 % en 2020 est pour l’heure impossible à tenir. Le constat, nous ne faisons que le répéter : il y a un véritable manque d’ambition et de volonté dans notre  politique Déchets. Nous reprendrons l’exemple de Parme qui avec une forte volonté et une participation citoyenne exemplaire a pu réduire ses déchets de 54 % en 4 ans.

Nous devons mettre en place immédiatement des actions d’envergure et pas des mesurettes à l’échelle de la Métropole. Nous devons arrêter de tâtonner, de faire des expérimentations, et passer à l’acte et être aussi volontaire qu’avec le pont de pierre !

 

Soutien financier aux groupes scolaires communaux hors opérations d’aménagement d’intérêt métropolitains

Au nom du groupe EELV, Franck Joandet est revenu sur l’étude prospective réalisée par l’agence d’urbanisme à la demande de Bordeaux Métropole : celle-ci fait état de besoins en équipements scolaires considérables. Tout en soutenant la démarche qui consiste pour la métropole à accompagner financièrement les communes pour faire face à ces besoins, Frabck Joandet a rappelé les critères qui auraient mérité de figurer dans le règlement d’intervention, notamment sur le plan énergétique.

Vote favorable du groupe EELV

Lire l’intégralité de l’intervention

 

Remonter